Les TMS ou troubles musculosquelettiques

Avez-vous déjà entendu parler des troubles musculosquelettiques, ou TMS ?

Il s’agit de la 1ère maladie professionnelle reconnue en France depuis plus de 20 ans ! Et depuis 10 ans, nous observons une augmentation de plus 18% par an.

Les TMS sont des  « troubles de l’appareil locomoteur (membres inférieurs et membres supérieurs) pour lesquels l’activité professionnelle peut jouer un rôle dans la genèse, le maintien ou l’aggravation. Les TMS affectent principalement les muscles, les tendons et les nerfs, c’est-à-dire les tissus mous ».

Les tissus mous dits péri-articulaires comprennent plus largement : muscles, tendons, nerfs, bourses séreuses ou encore cartilages.

« La sollicitation d’une articulation au-delà d’une certaine amplitude articulaire a des effets néfastes sur les éléments qui l’entourent ».

Toutes les articulations peuvent être concernées : rachis cervical, épaule, coude, poignet, main, doigt, rachis lombaire, genou, cheville.

La 1ère caractéristique des TMS est une douleur plus ou moins marquée, associée à une gêne fonctionnelle. On note plusieurs étapes :

  1. Présence de douleurs ou sensations désagréables pendant l’activité. C’est un phénomène réversible.

  2. Puis la douleur apparaît plus rapidement et met aussi plus de temps à disparaître après l’arrêt de l’activité.

  3. Les douleurs sont présentes même au repos.

La pratique d’activités physiques et sportives régulières participe au maintien des capacités fonctionnelles. De plus, des exercices d’échauffement avant la prise de poste, notamment quand il est à forte exigence physique (port de charges, répétitions, etc…) sont déjà des actes de prévention. Il est également nécessaire de pratiquer des exercices d’étirement pour évacuer les tensions physiques accumulées, dues à des crispations dans des postures, des positions statiques prolongées, etc…

Les APS* permettent de prévenir ou lutter contre les TMS. Cela passe notamment par un échauffement et des étirements comme je l’ai évoqué précédemment mais aussi par différentes activités physiques et sportives : renforcement musculaire, assouplissement, coordination, endurance (footing, pratique du vélo par exemple), équitation, cardiotraining, natation, balnéothérapie.

La relaxation est un très bon complément aux APS grâce à son impact positif sur la sphère psychologique : appréhension, anxiété, insomnies mais aussi sur le relâchement musculaire grâce à la respiration.

Les APS visent différents objectifs, parmi lesquels :

  1. Lutter contre la douleur quotidienne et espacer les épisodes douloureux

  2. Corriger des troubles de posture et éduquer à des mouvements ergonomiques

  3. Proposer des exercices facilement reproductibles seul et à domicile pour renforcer les bénéfices de la rééducation

  4. Adopter un mode de vie actif

  5. Diminuer la dépendance médicale

  6. Reprendre confiance en soi et en ses capacités

Pour le dos par exemple, nous pouvons ajouter :

  1. Prendre conscience des positionnements du bassin (antéversion, rétroversion)

  2. Soulager la zone lombaire grâce à la détente musculaire et renforcer les muscles de la ceinture abdominale

Les citations sont extraites du site internet de l’INRS – Santé et Sécurité au Travail :

http://www.inrs.fr/risques/tms-troubles-musculosquelettiques/ce-qu-il-faut-retenir.html

*APS = Activités Physiques et Sportives

Posts récents

Voir tout