Le dos

Tant que tout va bien, on ne ménage pas vraiment notre dos mais combien d’entre nous, aujourd’hui, peuvent dire qu’ils n’ont jamais eu mal au dos de leur vie ? Grâce à mes connaissances et quelques recherches complémentaires, je vous invite à vous pencher, assez simplement, sur cette partie de notre corps, subitement au centre de toutes les attentions quand elle s’exprime trop fort.

Comment c’est fait, le dos ?

L’ossature : un puzzle d’une trentaine d’os

La pièce principale est la colonne vertébrale. C’est un assemblage d’os, les vertèbres, qui s’étend de la base du crâne jusqu’au coccyx. En tout, ce sont 24 vertèbres réparties ainsi :

  1. 7 vertèbres cervicales

  2. 12 vertèbres dorsales

  3. 5 vertèbres lombaires

auxquelles s’ajoutent le sacrum, vient ensuite 4 ou 5 vertèbres soudées pour former le coccyx.

Source : Votre dos. Bien-être, santé, performance. Prévenir et soulager – Jack SAVOLDELLI & Lionel LAIDET – Editions Amphora

La colonne vertébrale est reliée aux côtes, et forment avec le sternum, la cage thoracique.

Le sacrum, rattaché aux 2 os iliaques et au coccyx, forment le bassin et marquent ainsi la jonction entre le tronc et les membres inférieurs. Le bassin constituant donc la base du tronc, sa bonne position est indispensable pour l’équilibre de la colonne vertébrale.

Un disque intervertébral (= disque fibreux) est présent entre chaque vertèbre. 3 fonctions le caractérisent :

  1. attacher les vertèbres entre elles,

  2. assurer la mobilité de la colonne vertébrale (flexion, extension, inclinaison latérale, rotation),

  3. amortir les chocs ou pressions exercés sur la colonne.

Les ligaments

Ce sont des tissus inextensibles qui unissent 2 os voisins. Leur mission est de maintenir l’articulation et d’en limiter les mouvements. Pour la colonne vertébrale, selon leur localisation, ils vont :

  1. limiter les mouvements de la tête. Eh oui, nous ne sommes pas des hiboux 🙂 ,

  2. limiter l’extension (quand nous sommes debout par exemple et que nous nous penchons en arrière),

  3. freiner la flexion (quand nous nous penchons en avant),

  4. intervenir dans les inclinaisons latérales,

  5. relier les 2 dernières vertèbres lombaires au bassin.

Les muscles : 200 pour l’ensemble du tronc

Ils s’attachent sur les os, sont nombreux et sont disposés en plusieurs couches. Leurs différentes missions :

  1. inclinaisons latérales, extension, rotation auto-agrandissement pour le tronc,

  2. extension, flexion, inclinaisons latérales, rotation de la tête et du cou,

  3. élévateurs et abaisseurs des côtes,

  4. élévateurs du bassin,

Outre l’aspect mobilité, ils interviennent dans la respiration, ou encore dans la position du bassin.

Quelques chiffres

Selon les spécialistes :

  1. 80 % des français ont eu ou auront mal au dos un jour (pas très rassurant).

  2. En France, le mal de dos est la 1ère cause d’invalidité avant 45 ans.

  3. En 1980, 30 % déclarent avoir mal au dos. En 2000, 55 % !! Et nous sommes en 2019 !

  4. 50 % des enfants ont mal au dos, dès l’âge de 8 ans. No comment.

  5. Chaque année, le mal de dos représente 13 % des accidents du travail.

Les causes principales

Ma liste n’est pas exhaustive et les causes sont dans un ordre aléatoire.

  1. Mauvaises postures, charges trop lourdes, mauvaise manutention

  2. Malformations, pathologies, traumatismes

  3. Sports intensifs

  4. Stress, surcharge pondérale, sédentarité

Nous passons plus de temps assis qu’à dormir alors que l’être humain est fait pour être debout ! Du coup, une position assise prolongée entraîne un manque de tonicité musculaire donc un mauvais maintien des postures.

Les différents maux de dos

Ils sont multiples et peuvent être d’origines mécaniques ou non :

  1. malformation des courbures vertébrales : hypercyphose (dos rond), hyperlordose (ceinture lombaire cambrée), scoliose,

  2. pathologies des disques intervertébraux : hernie discale, lumbago, sciatique, cruralgie, névralgie paresthésique (cuisse), nevralgie cervico-bracchiale (bras, coude, main),

  3. rhumatismes : athrose, spondylarthrite ankylosante, spondylodiscite infectieuse,

  4. autres : tumeurs, traumatismes, ostéoporose, …

En pratique

La meilleure façon de prévenir ou lutter contre le mal de dos ? Bouger ! Ceci étant, pas n’important comment. Il s’agit d’éduquer et d’entretenir. Comment ? Éduquer par l’apprentissage de gestes et postures appropriés. Entretenir par une pratique régulière, adaptée et sécurisante d’exercices de renforcement musculaire et d’activité physique.

Le maître mot : se mé-na-ger ! Pourquoi tant de haine envers soi-même…

La semaine prochaine, donc, je vous parlerai de prévention et vous proposerai différents exercices, faciles à réaliser et à insérer comme des petits rituels du quotidien.

Mieux vaut prévenir que guérir ! Mais soulager, c’est possible 🙂

Pour aller plus loin dans la démarche (de prévention ou de réadaptation), en tant qu’Enseignante en Activités Physiques Adaptées, je suis formée et là pour vous accompagner, que vous soyez seul(e) ou à plusieurs, avec plaisir, dans la bienveillance et la bonne humeur. Contactez-moi, nous en parlerons.

Sources : Votre dos. Bien-être, santé, performance. Prévenir et soulager – Jack SAVOLDELLI & Lionel LAIDET – Editions Amphora. Anatomie pour le mouvement. Introduction à l’analyse des techniques corporelles – Blandine CALAIS-GERMAIN – Editions Désiris

Posts récents

Voir tout

Le dos