Les bonnes résolutions de nouvelle année

Ah ! Les immanquables bonnes résolutions pour la nouvelle année… Du traditionnel « c’est décidé, j’arrête de fumer » au « je me mets au sport » en passant par « après les fêtes, je fais un régime! », et bien d’autres encore, il y en a pour tous les goûts et toutes les convictions.

Comment se passent ces nouvelles résolutions pour vous ? Les tenez-vous ? Combien de temps ? Atteignez-vous les objectifs que vous vous êtes fixés ? Si vos objectifs ne sont pas atteints, dans quel état d’esprit êtes-vous ? « Je suis nul(le) », « je n’ai pas réussi », « je n’ai même pas tenu(e) un mois », « si je n’y arrive pas là, je n’y arriverai jamais », « c’est trop dur pour moi », etc… Ça vous parle ? Probablement. C’est un peu (beaucoup) négatif tout ça, sans parler du moral qui va avec 🙁

Pour ma part, aucune « bonnes résolutions » pour la nouvelle année. Je mets volontairement des guillemets, parce qu’elles ne sont pas si bonnes, ces bonnes résolutions. C’est une tradition que je trouve socialement convenue. Histoire de bien nous mettre le moral dans les chaussettes quand nous n’allons pas au bout.

Alors, mes bonnes résolutions, elles prennent leur place quand je me sens prête. Si une nouvelle envie naît en mai par exemple, et bien ok, alors je commence en mai. Quand nous sommes prêt, il est plus facile de se lancer et tenir sur le long terme.

Une autre chose qui me semble importante, c’est le ou les objectifs que nous nous fixons. Je prends l’exemple de faire du sport, une personne qui n’en pratique pas du tout et qui se dit « allez, je me lance seul(e), je fais 1h de sport par jour ». Mouais… J’espère qu’elle a un mental d’acier, une détermination à toute épreuve, sans parler du risque de blessure. Mais ce n’est pas le fonctionnement de la majorité d’entre nous. J’imagine toujours un escalier, et c’est un exemple que j’utilise souvent avec les personnes que j’accompagne. Pour passer de la première à la dernière marche de l’escalier, le plus facile, le plus sûr est de le monter une marche après l’autre pour être certain d’arriver en haut. Pour les objectifs, c’est pareil. Si je reprends mon exemple de tout à l’heure, avant de faire 1h de sport par jour, peut-être cette personne peut commencer par 1 ou 2h par semaine, que le corps soit préparé, s’habitue aussi à un nouveau rythme et augmenter progressivement. Chacun est unique et avance à son rythme, inutile de regarder le voisin, laissez-le faire. En plus, qui vous dit que lui va réussir et vous échouer ?

Il y a donc le moment pour prendre une nouvelle résolution et les objectifs fixés. A cela s’ajoute la possibilité d’être accompagné par des personnes dont c’est le métier. Nous sommes humain, laissons de côté cet orgueil qui n’a pas sa place, demander une aide extérieure, objective, est tout à fait légitime et c’est même préférable, pour la méthode d’abord, la motivation (positive, c’est encore mieux), la réussite.

Faites comme moi, oubliez ces résolutions de nouvelle année et épanouissez-vous à votre rythme, pas à celui de la société !

Posts récents

Voir tout