L’équilibre

L’équilibre (physique), voila quelque chose qui fait partie de notre vie sans que l’on ne s’en préoccupe vraiment. Sauf si nous étions funambule ou à pratiquer des sports tels que le skate par exemple.

Quelques notions physiologiques

3 systèmes dits récepteurs interviennent pour le maintien de l’équilibre :

  1. La vision : elle nous indique sur l’orientation, les déplacements dans l’espace, notre corps dans l’espace et par rapport aux objets qui nous entourent. Fixer un point comme repère est essentiel dans le maintien de l’équilibre. Faites le test de vous mettre sur un pied, d’abord en laissant votre regard se balader puis un fixant un point. Cependant, réaliser des exercices les yeux fermés est excellent pour aider à améliorer l’utilisation consciente des 2 autres systèmes.

  2. La proprioception : ce système comprend 2 groupes de récepteurs, plus précisément des mécano-récepteurs -> des mécano-récepteurs superficiels, ou cutanés, et des mécano-récepteurs profonds, au niveau musculo-tendineux et articulaires. Pour vous aider à comprendre la proprioception, voici des exemples en parallèles : quand nous touchons quelque chose de chaud ou de froid, nous le sentons bien sûr parce que nous avons des récepteurs sensibles à la température, ce sont des thermorécepteurs. Quand nous nous pinçons un doigt, nous avons mal, il s’agit de récepteurs sensible à la douleur, ce sont des nocicépteurs. Les mécano-récepteurs dans le cas de la proprioception nous renseignent sur notre corps dans l’espace. Si vous fermez les yeux, que je vous demande de tendre un bras devant vous, vous savez le faire. Il n’est pas utile que vous regardiez votre bras pour savoir comment le placer. De même, si je prends votre bras et que je le place à l’horizontal devant vous, même les yeux fermés vous saurez me dire où est votre bras dans l’espace. on retrouve des mécano-récepteurs sous la plante des pieds, au niveau des chevilles, de la nuque. Une mauvaise proprioception peut conduire à des blessures, pour ma part, j’ai été basketteuse pendant une dizaine d’années et ado, je collectionnais les entorses au niveau des chevilles. D’où l’importance d’une rééducation adaptée notamment. Au niveau de la nuque, il peut apparaître des troubles statiques quand on marche et qu’on penche la tête en arrière par exemple on peut le constater.

  3. Le système vestibulaire : il est situé dans l’oreille interne et comprend 3 canaux semi-circulaires ainsi que 2 petites poches. Pour faire simple, les canaux détectent l’amplitude de rotation de la tête et les petites poches sont sensibles à l’accélération (verticale et horizontale) et leur inclinaison par rapport à la gravité.

Le cerveau traite ainsi les messages nerveux provenant des différents systèmes pour assurer l’équilibre. Il arrive que les messages soient contradictoires ce qui peut provoquer la nausée. Pensez au mal de mer…

2 systèmes dits moteurs entre aussi en jeu : l’oculomotricité conjuguée et la motricité somatique, la coordination entre les 2 étant assurée par le cervelet. L’oculomotricité correspond au mouvement conjugué spécifique des yeux afin de maintenir la stabilité du regard. La motricité somatique, c’est l’ensemble des mécanismes qui permettent à l’organisme de bouger dans l’espace : systèmes musculaire (contractions, tonus), articulaire, tendineux, osseux…

Source : https://www.vestib.org/equilibration.html

Équilibre et déséquilibre

Dans le Monde

Les chutes sont la 2e cause de décès accidentels ou de décès par traumatisme involontaire après les accidents de la route. Chaque année, elles représentent 664 000 chutes mortelles. Le taux de décès le plus élevé est constaté chez les personnes de plus de 60 ans.

En France

Les chutes représentent, de façon générale, la 1e cause de décès par accident de la vie courante en métropole et plus de 90% des accidents domestiques pour les personnes âgées. Chez les plus de 65 ans, 1 personne sur 3 tombe au moins une fois dans l’année et les chutes engendrent environ 9 000 décès par an, 30% des hospitalisations et 40% des entrées en institution.

Les personnes les plus touchées par les chutes :

  1. Les enfants : les chutes sont liées à leur développement, à leur curiosité de l’environnement, au désir d’indépendance et à leur esprit aventureux ,

  2. Les personnes âgées, en raison de modifications physiques, sensorielles, cognitives dues au vieillissement normal, associées à un environnement qui peut être inadapté.

Les pertes de la capacité fonctionnelle liée à l’âge et une sédentarité marquée sont nombreuses :

  1. 1 à 2 % par an après 50 ans pour la masse musculaire (Hugues 2002)

  2. 10 à 15% après 45 ans pour la force musculaire (Cartee 1993, Roger et Evans 1993)

  3. Souplesse et de l’équilibre

  4. 35 à 40% entre 20 et 80 ans pour la masse osseuse (Mosekilde 1993)

Les activités physiques adaptées

Des activités physiques permettent la limitation du nombre de chutes. Elles conduisent à l’amélioration de la condition physique. En effet, on note :

  1. une augmentation des qualités musculaires en évitant la fonte musculaire,

  2. une amélioration de la mobilité articulaire,

  3. le maintien du niveau de force, de l’amplitude des mouvements, de la souplesse, de l’équilibre, de la coordination, …

Dans ce contexte, on observe une diminution de 41% du risque de fractures. Ce qui veut aussi dire, que l’on enraye le cercle vicieux.

Il n’est jamais trop tard pour commencer à s’occuper de soi. Je vous propose donc des activités physiques RASP – Régulières, Adaptées, Sécurisantes et Progressives – à inscrire dans la durée, et faites avec plaisir !

Retrouvons-nous dans la convivialité autour de séances sur le thème de l’équilibre !

Posts récents

Voir tout

Le dos