Je pense à moi

Hello tout le monde,

Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous mes pensées. En voyant le titre de l’article, vous vous dites peut-être, serait-elle un peu égoïste ? Vous allez comprendre.

J’aime mes proches, ma famille, mes amis, mon travail. Mais tout ça, ce n’est pas moi, c’est une partie de moi. Ce n’est pas ma vie, c’est une partie de ma vie. Que ce soit dans la sphère privée ou professionnelle, je suis toujours bienveillante et très généreuse. Je pense pourtant qu’il est très important de penser à soi. Voire, penser à soi D’ABORD…

Je n’invente rien, prendre du temps pour soi, faire des choses pour soi, permet d’être bien avec soi et je dis volontairement « pour soi » et non « rien que pour soi » parce qu’au final, cela permet d’être bien avec autrui, dans son travail aussi, d’être disponible. Quand on prend l’avion, s’il arrivait quelque chose, nous devons mettre notre propre masque à oxygène et ensuite nous occuper des autres si nous le pouvons. Logique. Comment voulez-vous aider autrui si vous êtes mort ? Bon ok, je pousse à l’extrême mais l’idée est là.

Cela peut aussi amener à dire non. Longtemps, dire non était quelque chose de vraiment très compliqué pour moi, cela engendrait une culpabilité incroyable. Quel moyen extraordinaire, que de ne pas savoir dire non, pour se négliger, voire se maltraiter. Tout sauf anodines ces 3 petites lettres ! Maintenant, je sais dire non et les personnes à qui je peux dire non, ne m’aiment pas moins et ne m’en veulent pas pour autant.

Je pense à moi et je réalise que j’apprécie plus les moments passés avec les autres, parce que je ne me néglige plus. Il m’arrive de ne pas vouloir caler certaines réunions, certains rdv à certains moments par exemple ou de ne pas vouloir sortir, parce que j’ai mon cours de chant, de yoga, une séance de méditation sonore, envie de me retrouver avec moi-même, etc… Autant d’activités, de moments qui me font du bien. Et puis, au final, il y a toujours une solution pour, et caler ce rdv, cette réunion, faire cette tâche et en plus faire telle activité plaisante. Ce n’est pas obligatoirement l’un ou l’autre. Bon d’accord, il arrive parfois que ça ne puisse pas se faire, mais ce n’est pas systématique et je pense que cela doit rester occasionnel. Quand je loupe un moment pour moi, je me rends compte que je suis moins disponible pour l’autre chose, je la fais en me disant que je n’en ai pas très envie, que je préférerais profiter de mon moment habituel, etc. Un état d’esprit qui ne me permet pas d’être ouverte et totalement disponible.

Je prends les exemples de mes activités mais ça peut être des instants de lecture, à écouter de la musique, un bain, profiter d’une douche pour faire un gommage, cuisiner, … Trouver vos rituels, vos instants qui vous font du bien, à vous, et vous donne cette sensation de bien-être, de plénitude, de joie, cette énergie positive. Et surtout, surtout, insérez-les dans votre planning QUOTIDIEN !! Cela est tout aussi important que votre travail ou vos enfants ou votre conjoint(e) ou toutes les choses que l’on s’impose.

Symboliquement, pour que cela ait plus d’impact, et le premier pas pour s’y tenir : notez dans votre agenda (que vous ouvrez tous les jours), sur une feuille que vous affichez sur un mur (devant lequel vous passez tous les jours dans votre maison), une chose, un instant, une activité par jour. Même si c’est 5 minutes, ce sont vos 5 minutes. Choisissez aussi le moment qui vous convient le plus, le matin avant de commencer la journée, une pause dans la matinée, l’après-midi, le soir après la journée de travail, avant d’aller vous coucher.

Ne vous posez pas de question, ne vous jugez pas et ne vous comparez pas. Faites ce que vous aimez !

Alors, qu’allez-vous faire aujourd’hui pour vous ? Moi, ce sera yoga 🙂

Instant pour soi, yoga

Posts récents

Voir tout